Index de l'article

Les Cadets de Chalosse, de la création aux années 50.

 

Les Cadets de Chalosse furent créés en 1928 par Félix Concaret sous la présidence de Pierre Veith.

 

Félix ConcaretEn 1Pierre Veith932, un journaliste relate les propos suivants au sujet des débuts de notre équipe fanion : « Cette équipe remarquable d’adresse et de brio, pratique un jeu vite, où la défense est sûre et les attaquants adroits au panier. Quoique n’ayant pas encore l’habitude des matches sérieux, elle saura défendre merveilleusement ses couleurs. »

C’est en fait 1936 et 1937 que Gaujacq remporta les 2 premiers titres de Champion des Landes.

Durant la période troublée de 39 à 45 il ne se passa que peu de choses remarquables pour le basket Gaujaquois, il est à noter tout de même que l’équipe Cadets de Gaujacq remportera le titre de champion des Landes ; parmi ses joueurs figuraient: René Carrère, André Lacoste, Denis et Abel Merville !

Après la guerre, le sport reprend ses droits, les Cadets de Chalosse dominent à nouveau le basket Landais en s’adjugeant 10 titres de champion des Landes et 5 titres de Guyenne de 1944 à 1954 sous la présidence de Maurice Maurincomme et Henri Lonné à la baguette.

Maurice MAURINCOMMEHenri LONNÉC’est en 1946 qu’apparut la coupe des Landes. Malgré tous les pronostics favorables, Gaujacq s’inclina en demi-finale devant Saint Geours d’Auribat. Les Cadets de Chalosse durent attendre la saison 48-49 pour enfin remporter le seul fleuron manquant alors encore à leur Palmarès.

Pour la saison 49-50 les Cadets furent les auteurs d’un exploit qui ne sera sûrement jamais plus égalé en réalisant le triplé : champions des Landes, coupe des Landes et coupe UFOLEP !

La saison suivante, Gaujacq une nouvelle fois en finale commence à ragoûter le public des performances des Cadets de Chalosse. Voici ce que déclarait a l’époque Mr Jacques Cassagne : « On comprend bien que le public se lasse de toujours revoir nos Cadets de Chalosse aux ultimes rencontres ; une telle persistance contrarie le goût bien français du changement d’idoles. Nos basketteurs le regrettent pour les arbitres qui sont les innocentes victimes de la mauvaise humeur des foules désappointées par ces victoires ». Quoi qu’il en soit, Gaujacq s’imposa une fois de plus contre l’ASPTT de Dax.

 


La Coupe de France.

C’est au cours de la saison 52-53 que Gaujacq connu l’une des plus belles pages de son histoire avec leur parcours épique en Coupe de France. Epopée fantastique certes, encore présente dans toutes les mémoires, dont voici le récit. Juste hommage pour ceux qui, avec les vertus propres à notre race, firent connaître à travers toutes la France le nom de leur village et la valeur du basket Landais.

Coupe_France_1953Exempts au premier tour, la belle aventure commençait pour les Cadets de Chalosse par une confortable victoire (50-30) à Bordeaux sur les jeunes de Saint-Augustin. Toujours à Bordeaux, le C.A. Béglais (61-46), le S.A. Bordelais (58-47) et l’U.S Chatelaillon (53-30) sont les nouvelles victimes. Nouveau succès, acquis cette fois à domicile en 1/32e de finale sur Gaillac (62-45).
Aussi, loin de passer inaperçue, la venue du P.U.C. à Gaujacq en 1/16e de finale attirait autour de l’antique terrain des arènes, boueux à souhait pour la circonstance, 4000 spectateurs enthousiastes. Leurs espoirs ne furent point déçus, le P.U.C s’inclinant à son tour, 60 à 43.

Voici les faits relatés dans la presse nationale : « L’exploit est venu du sud Ouest, de Gaujacq, dans les Landes. Hier inconnu, ce petit bourg de 720 habitants desservi par un train qui s’arrête à 7 kilomètres du pays, une seule fois par jour est maintenant la vedette numéro 1 du basket français. Les Cadets de Chalosse en portant le P.U.C, où il manquait Gravas et Antoine, à leur tableau de chasse, ont réussi le miracle des seizièmes de finale. Ce succès de joueurs volontaires, ardents et qui ont bénéficié d’un terrain où l’on s’enfonçait jusqu’à la cheville n’est pas la seule surprise de la dernière journée dominicale. »

En huitièmes de finale et à Bordeaux, les Cadets de Chalosse s’imposent avec difficulté face au club Parisien de Champonnet (65-62).

L’engouement que suscitait cette aventure fabuleuse en coupe de France connut son point d’orgue le 15 mars 1953 devant 10000 spectateurs, en folie écrasés dans les arènes de Plumaçon. Les Cadets se déferont du Stade de français. Plus qu’une victoire c’est une leçon que les Cadets de Chalosse ont offert au basket national, une leçon d’état d’esprit et d’amour du maillot. La cohésion affective des acteurs de cette chevauchée inoubliable allait donner à notre village, une identité indélébile.

CDC / Stade Français (Arènes de Mont de Marsan)

CDC_ASVELEn demi finale, les Cadets de Chalosse défie à Paris, le grand Villeurbanne de Buffière. Ce match avait attiré de nombreux parisiens alléchés par la perspective d’un beau spectacle. Encouragés par tout le public parisien et de très nombreux supporters landais qui les accompagnaient, les Cadets de Chalosse se surpassent et mènent 28 à 25 à six minutes de la fin de la première mi-temps. Le Capitaine de Villeurbanne A. Buffière calme alors le jeu, fait circuler la balle en l’air au bout des bras de ses plus grands joueurs. Les « Cadets » surpris s’énervent, ils manquent plusieurs paniers par malchance et par incroyable maladresse ; Villeurbanne l’emporte par 79 à 47. En finale, ils se déferont de Mulhouse pour remporter la coupe de France 1953.

Suite à cette rencontre, Pierre Lisse écrivait dans la presse : « Le miracle n’a pas eu lieu ! Le conte de fée des Cadets de Chalosse se termine au « Vel d’Hiv » contre Villeurbanne, champion de France. Il ajouta également : « Comment est-il possible de trouver dans un village de 604 habitants les éléments d’une équipe qui se paie le luxe d’arriver en ½ finale de la coupe de France de Basket-ball ? C’est certainement un fait exceptionnel dû surtout aux remarquables qualités physiques et morales des frères Carrere et de leurs camarades joueurs. »

De son côté, « Radar », journal de l’époque résume ainsi l’épopée des Cadets de Chalosse : « La belle aventure de la petite équipe landaise des Cadets de Chalosse est terminée ! En beauté ! Ils se sont inclinés à Paris devant Villeurbanne ! Gaujacq, leur village a connu la gloire et la sympathie de tous. »

Enfin, l’ouvrage : « Un demi-siècle de basket landais » de Jean Dessis publié en 1976 mentionna au sujet de cette fomidable aventure :

« GAUJACQ ! 604 habitants en 1953, 503 habitants en 1972, un village modeste et charmant de la pittoresque Chalosse, entre Amou et Hagetmau, à l’écart des routes nationales.
Autour de la placette, servant d’arènes pour les courses Landaises, et du terrain de basket « Félix Concaret », l’école publique, la maison du président M Mauricomme, la boulangerie-épicerie de l’ancien capitaine Carrere et, dans les coteaux environnants, quelques fermes isolées.
En 1953, ce village inconnu est célèbre dans toutes la France et en Europe.
Son équipe de basket « Les Cadets de Chalosse » composée de solides gaillards, dont quatre frères Carrère va vivre une épopée fantastique, unique dans les annales du basket français, connaître la notoriété des champions et conquérir la sympathie unanime de tous les publics en accédant aux demi finales de la coupe de France de basket-ball après avoir éliminé les meilleures formations nationales ».

Ci dessous, une vidéo d'époque remémorant cette incroyable épopée et ci contre un lien vers le récit complet de l'aventure : l'épopée Coupe de France

Cadets de Chalosse de Gaujacq - 1953.

Deuxième rang, de gauche à droite :
Bernard CAPDEVILLE, Robert PETIT, Henri LONNE, YVES MERVILLE, Roger CARRERE.

Premier rang, de gauche à droite :
André DUBOUT, André CARRERE, André LACOSTE, René CARRERE.


L'après Coupe de France.

En 1952-53 le renom de Gaujacq a franchi les frontières. Les succès des Cadets de Chalosse avaient attiré l’attention de Joe Jaunay (manager de l’équipe de France ) qui vint à Gaujacq durant 4 ou 5 ans avec ses internationaux Bertorelle et Luent pour inculquer aux Chalossais les principes et techniques du basket moderne et les préparer à des rencontres contre des équipes de valeur nationale.

Le manager de l’équipe nationale de Bulgarie se flattait de connaitre la célèbre tactique des contre-attaques éclairs des Cadets de Chalosse. Le 24 mars 1954, l’Etoile Rouge de Belgrade, champion de Yougoslavie, est battue de 6 points dans les arènes d’Hagetmau archi combles.

En 1953, les « Cadets » sont invités à Sarragosse par le « Club Natacion Hélios », vice champion d’Espagne. Les « Cadets » sont battus ainsi qu’au retour à Hagetmau. Par contre, ils battent l’excellente équipe du lycée Français de Madrid, à Hagetmau.
En 1953, trois rencontres furent organisées contre une sélection de basketteurs noirs de l’armée du Poteau à Retjons. Gaujacq avait reçu également des propositions de l’Afrique du Nord, De Tananarive et des encouragements chaleureux de militaires d’Indochine et du Maroc.

En 1954, Gaujacq n’allait plus se sortir de cette ronde merveilleuse : 1/8e de finale coupe de France, Championnat UFOLEP et surtout la montée en excellence nationale, division qui se situais en dessous des 16 clubs de l’élite française.

Bien que la saison passée fût sans nul doute la plus éclatante de l’histoire des Cadets de Chalosse, ils connurent encore de grand moment de gloire en 54-55. Malgré un départ catastrophique en championnat de France, ils finirent par terminer brillamment à la cinquième place en battant les PTT de limoges, Rupella, La martiale, le S.A.B et enfin le Stade Clermontois.

Cabourg / CDC - 1956

Au mois de Mai 1955, les clubs Landais organisèrent un « tournoi K.O » entre les équipes ayant obtenu les meilleurs résultats de la saison. Les Cadets de Chalosse (Excellence Nationale), l’ASPTT de Dax (Honneur National), l’AC Fouga Aire (2nd champ. de Guyenne Excellence) et l’US Arsague (champ. des Landes Excellence) se rencontrèrent dans les arènes de Mugron. Les Cadets de Chalosse sortirent vainqueur en gagnant le titre de « Super Champion des Landes » ! Ce titre fut suivit de celui de « Super Champion de Guyenne » grâce aux victoires contre Pomarez, Orthez, Biarritz, PTT de Dax, Section Paloise et St Jean de Luz Olympique. Pour finir ils remportèrent la finale du Critérium National UFOLEP en battant 53 à 47 les Corsaires de la Bacaille de Boulogne-sur-mer au Parc Hidien de Châteauroux. Les « Cadets » revinrent enfin avec la récompense suprême, celui de Champion de France.

Coupe du Challenge Félix ConcaretVainqueur pour la 9ieme fois consécutivement du challenge Félix Concaret, Mr Darieu dont son équipe de Caupenne vient de perdre la finale, propose aux « Cadets » de leur laisser ce Trophée en souvenir de leur fondateur et s’engage à en offrir un nouveau pour le remplacer. La proposition fut acceptée à condition que celui-ci porte le même nom !

La saison 57-58 s’acheva pour Gaujacq par une descente en Championnat de France « Honneur ». Bien que décevante, la relégation fut néanmoins acceptée sans amertume. Ce fut presque un soulagement pour tous : finis les longs déplacements et les lourds déficits qui vidaient les caisses ! De plus l’heure était venu de penser a la relève, ainsi Lacoste, Capdeville et Carrere laissèrent leur place à la nouvelle formation composé de Merville, Monet, Dubout, Ducamp, Larrere, Comet et Castaingts.

 


Les années 60 et 70.

Les années 60 furent celles de la continuité avec André Lacoste à la présidence, avec 3 coupes des Landes remportées consécutivement en 1959, 60 et 61. Mais pour la saison 63-64, faute d’un recrutement suffisant, Gaujacq descendait en « Région Aquitaine ». Après 3 années de purgatoire les Cadets de Chalosse retrouvent finalement leurs places en Nationale (Division Fédérale) en 1967 à la suite de la conquête du titre « d’Excellence » Aquitaine. Un bel exploit réalisait par Gaillacq, Crabos, Lannegrand, Mora, Ducamp, Lannelongue, Mora G, et l’indestructible Merville ! Pour terminer cette saison en beauté, ils ramenèrent une 6ième Coupe des Landes à Gaujacq.

René CARREREEn 1970 René Carrere joueur emblématique de l’épopée 53 prend la baguette à la présidence des Cadets de Chalosse. En 1971-72, la déception sportive d’une nouvelle descente en région fut éclipsée par la disparition soudaine d’André Lacoste fauché en pleine jeunesse par un mal implacable. Accompagné d’une foule de sportif impressionnante venue lui rendre hommage, Mr Dorgambide, Président du comité des Landes, prononçait une émouvante allocution :

André LACOSTE« Nous voilà réunis autour de ta si chère famille, dirigeants, joueurs, basketteurs des Cadets de Chalosse, basketteurs landais et d’aquitaine pour te rendre un dernier hommage. Tous ceux que tu aimais et pour lesquels tu as sacrifié le meilleur de ton temps sont là.
Dès l’âge de 13 ans , dans ce village acquis au basket-ball, grâce au génie constructif de cet immense dirigeant que fut Félix Concaret, tu pratiquais dans l’équipe « Cadets ».

En 1973 c’est une 9ième Coupe des Landes gagnée mais cette année là vu aussi l’apparition de la première équipe féminine sous la bannière des Cadets de Chalosse ! C’est aussi l’année de la remontée en championnat de France avec la création de la Nationale IV.

Cadets de Chalosse - Equipe 1 Filles - 1973.

En 1977 la physionomie du bourg de Gaujacq changea : le Stade Félix Concaret accueillait en son sein la Salle Paul Lacoste.

Stade Félix CONCARET

Salle Paul LACOSTE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Les années 80 à 2003.

Jacques CassagneSous la houlette de Jacques Cassagne, président du club de 1978 à 1987, une nouvelle génération prenait corps. Emmenée par les frères Lesca et Marquet, elle redonnait un nouveau souffle au Cadets de Chalosse et de l’homogénéité aux résultats avec 11 années consécutives passées en Nationale III, sans oublier une fidèle participation aux différentes coupes avec 4 finales jouées en coupe des Landes ! Hélas les titres ne restèrent qu’une convoitise.

En 1996, Christian Ducasse qui avait pris la suite de « Jacky » Cassagne laissa les fonctions de président au duo Michel Bédoura – Jean Pierre Lamarque. Cette période fut difficile pour le club, il se retrouva dans une période de désillusion avec le départ des emblématiques Philippe Lesca et Michel Marquet ainsi que la plupart des joueurs cadres. La relégation en région après autant de temps passés en Championnat de France est une déception il est impératif de tout reconstruire. L’équipe dirigeante décide alors de faire faire confiance à la jeunesse.

Michel BEDOURAJean Pierre LAMARQUEChristian DUCASSE

Ce pari en l’avenir fut vite récompensé. Après 2 ans de purgatoire c’est la remontée en Nationale III (la IV ayant été supprimé) couronné par le titre de Champion Région 98 gagné contre Serres-Gaston dans la mythique salle de la Moutete. Cerise sur le gâteau cette équipe se paiera même le luxe de jouer la finale de la super Coupe Sud-Ouest 

De leurs côtés, les filles naviguent dans les sphères de l’Excellence Département avec essentiellement des joueuses issues du club ! Le retour en nationale se construit sur la recette de la jeunesse où vont se succéder une pléiade de jeunes joueurs pleins de talent. Cela permet aux Cadets de Chalosse de se maintenir dans une division de plus en plus relevée. L’apogée de cette génération connaitra une finale de la coupe des Landes face au Stade Montois (2001) et une finale de la coupe Sud Ouest face aux espoirs de l’Elan Béarnais (2002). Deux finales malheureusement perdues.

La pression permanente sur les résultats et le bon fonctionnement du club épuisent les forces vives Gaujacquoises. Aussi, en 2003, à l’occasion des 75 ans du club et à la demande du club voisin de Castel Sarrazin, les deux clubs fusionnent afin de se redonner de l’allant. Etienne Lannegrand et Hervé Ducasse sont nommés co-présidents de la nouvelle appellation Cadets de Chalosse Castel Gaujacq.